Ce matin je me dirigeais vers la boutique et j’ai dit un « Bonjour » à une vieille à qui je savais venait du Québec. À la base j’ai juste dit ça par politesse, mais elle m’a suivi et m’a parlé pendant 45 minutes. En fait, c’était plus un monologue de sa part, mais on va pas s’obstiner sur le terme. Bref, un moment donné elle me parlait de pourquoi elle restait encore à Whistler après 20 ans. — Un moment donné, elle donne l’exemple de sa soeur qui a une petite vie stable avec des enfants, un job et un conjoint. Elle a classifié cette vie comme un classique Boulot, Métro, Dodo démoniaque!

Je sais pas, cette comparaison m’a amené à avoir pour une millième fois cette réflexion sur ce débat stupide entre les nomades hippies et ceux avec une vie plus conventionnelle. – On peut aussi appeler ça le débat du « Oh ces irresponsables » Vs les « Ceux qui suivent le moule de la société ».

Je sais pas, chaque fois que j’entends ce débat, ce qui arrive souvent quand tu voyages dans des places de pauvre, vous avez toujours cette discussion. C’est quand même bizarre, on dirait que les hippies semblent plus souvent devoir justifier entre eux leur mode de vie en dénigrant celui des autres. Pourtant, à l’inverse c’est très rare que j’entends le second groupe dénigrer de manière spontanée l’autre.

Ceci étant, comme je fréquente souvent ces établissements je dois souvent me prononcer sur le sujet. Je sais pas si c’est moi, mais je sens toujours que je suis un des seuls à avoir un point vue rationnel et neutre de la situation. – C’est sûrement car je suis loin du conventionnel hippie hypocrite Vegan qui croit que c’est justifiable d’avoir des burgers dégueulasses Beyond Meat chez Mcdo. 🙂

M’enfin, je comprends jamais pourquoi on semble vouloir délibérément dénigrer ce qu’est un mode de vie normal. Le fait c’est que si t’es heureux avec ton mode de vie et ta vie proprement dit, tu devrais juste fermer ta gueule à chialer sur les autres.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le mode de vie normal, autant que celui de nomade, disposent de choix et de sacrifices qui font en sorte que tu prends une décision en fonction de tes objectifs de vie et de ce qui te rend heureux.

D’un point de vue personnel, j’ai accepté le voyage, l’aventure, la découverte et l’instabilité dans ma vie. En contrepartie, j’ai délaissé la stabilité d’une maison, d’avoir une famille dans les dernières années, d’avoir une carrière, une stabilité et si on va vers une extension, l’amour dans une certaine perspective. Car il faut savoir que j’ai décidé que si un jour j’avais des enfants, la mère de ceux-ci devra être Québécoise question d’éduquer l’enfant en fonction de la langue française et sans trop de religion dans sa vie. — Bref, j’ai fait un choix. Ça vient avec des bons et des moins bons côtés, mais pour le moment c’est ce qui m’amène l’apogée du bonheur en fonction des variables immédiates. Et c’est ce que le monde devrait comprendre avant de diaboliser le mode de vie normal ou nomade: Tant que t’es heureux, tu devrais pas sentir l’obligation de juger le voisin. Si c’est le cas, à mon sens il y a peut-être une partie de toi qui est pas certain de ce que tu fais avec ta vie présentement. 🙂