VoyageurQc

Blog Voyage à saveur Québécoise!

Catégorie : Bla Bla

À quoi ressemblera l’après COVID-19 pour les voyageurs?

Je viens de lire un article durant 30 secondes de quelques hippies voyageurs qui croient que le COVID-19 va changer le monde du voyage de manière drastique. Je me suis…

Je viens de lire un article durant 30 secondes de quelques hippies voyageurs qui croient que le COVID-19 va changer le monde du voyage de manière drastique. Je me suis donc penché sur la question à savoir à quoi ressemblera l’après COVID-19 car je suis le voyageur le plus incroyable de l’univers avec l’opinion sur le sujet la plus merveilleuse du monde! 🙂

À noter que cet article sur le COVID-19 sera le seul sur le sujet. Simplement car le sujet est ennuyeux mais que là j’ai rien de mieux à faire comme je fais ma quarantaine! 🙂

Vous êtes mieux de lire l’article au complet! Sinon je sends Horacio pour vous aplatir les burnes! 🙂

‪Horacio y t'écrase ça la courbe 🤘🏻 / Une oeuvre géniale d'Aurèle Desjardins de chez OBOX.

Posted by Petit Petit Gamin on Sunday, 29 March 2020

Le COVID-19 incitera les voyageurs à faire des voyages locaux.

Un des gros trucs qui se passent au Québec actuellement, c’est d’encourager les commerces locaux afin de garder l’argent chez nous. C’est vrai, l’économie en prend un coup à cause du COVID-19. Une des façons de booster et repartir la machine économique, c’est par l’achat local. Dans cette optique, je crois fortement que les voyageurs vont, par amour de leur lieu d’origine, favoriser le voyage local afin de garder l’argent chez eux.

D’un point de vue personnel, j’ai toujours dit que le Lac-St-Jean était l’endroit le plus exceptionnel du monde! Donc, clairement, je vais fortement encourager l’économie de ma délicieuse région avant de favoriser celle d’une autre place.

Aussi, il faut prendre en considération qu’avec le haut taux de chômage qui s’en vient après le COVID-19, les gens auront pu assez d’argent pour se payer des grosses vacances dans des pays exotiques et torrides comme mon sexy moi-même! C’est donc une grosse possibilité que les familles vont se consacrer au tourisme de proximité. Particulièrement au Lac-St-Jean! Car on a pleins de trucs à faire et visiter parce qu’on est LA PLUS BELLE RÉGION DU FUCKING MONDE! 🙂

Un autre point c’est que les pays vont certainement ouvrir les frontières de manière progressive. Donc ça se peut qu’on soit dans l’obligation de voyager à moyen terme que dans son pays.

Les destinations touristiques vont dropper leurs prix après le COVID-19.

C’est une vulgaire question d’offre et de demande. Plusieurs pays dépendent de l’industrie touristique. Donc quand les frontières vont être ouvertes de nouveau, vous allez avoir une énorme offensive de l’industrie touristique afin de relancer l’économie du secteur. Comme le taux de chômage risque d’être haut et la dette des gens plus élevée en raison des problèmes financiers venant de la crise, le budget du voyage sera moindre ou tout simplement inexistant. Donc comme tu auras une offre forte et une demande à chier, les deals suivant la crise du COVID-19 devraient être bons!

Les gens vont rêver encore plus au voyage suite à la crise du COVID-19!

Pour le moment on est tous dans nos maisons à s’isoler de nos amis, de notre famille et de toutes les aventures que le monde a à offrir!

Le gros truc avec les voyageurs, c’est le fait qu’on a toujours ce besoin de partir, de s’évader. Ici on est pogné dans notre trou à se rappeler des souvenirs sans pouvoir en créer d’autres! Et c’est la grosse logique que quand on va pouvoir quitter notre trou, on va vouloir matérialiser ces images qu’on spin dans notre tête depuis des mois en expériences concrètes! Donc clairement on va rêver à notre prochaine destination! On va rêver à notre prochaine aventure! On va rêver à notre prochain moment de liberté!

La Palme d’or et le Prix Citron de la gestion de la crise du COVID-19!

François Legault et le docteur Horacio: Des champions du monde!

Honnêtement, Legault et Horacio sont une équipe du tonnerre dans la gestion de la crise du COVID-19. Legault prend des mesures progressivement pour éviter la réaction populaire et contrôler la crise. Horacio lui, il nous vulgarise ça comme un dieu et nous dit la vérité sur la situation. Les deux, c’est des vrais Québécois qui vivent pour le peuple et agissent pour le peuple. Sans compter le fait que Legault est un vrai Capitaine de navire à la Jack Sparrow dans la gestion de cette crise! On lui fait confiance les yeux fermés! ♡

Voici maintenant le roi du COVID-19: Le docteur Horacio!

Voici le Capitaine de la Perle Québécoise: Le Capitaine Jack Legault!

Sometime a glass of wine may help… Mon bon tchum François Legault et La SAQ Got our back.

Posted by Martin Lachbab on Tuesday, 24 March 2020

Okay, voici un dernier classique de DJ Horacio – Spin les platines ma lapine!

Le plus tête de Baloney au Jambon de l’histoire du COVID-19: Justine « Le vagin » Trudeau!

Le champion du monde de l’incompétence dans la gestion de la crise du COVID-19 est clairement Justin Trudeau!

En premier, le gars fait une quarantaine à cause que sa femme a pogné le virus. Ensuite, quand elle est guérie, il en fait une deuxième « Au cas où » – Beau travail de tapette! Donc en gros, depuis le début de la crise, t’as Justin qui sort une fois par jour pour lire une feuille et annoncer de l’argent un petit peu plus chaque jour afin de justifier son temps à la maison. Tout ça bien sûr en baragouinant son discours en français comme un gars qui vient de se faire détruire la gorge à coups de pénis de noir! 🙂

Pendant ce temps, les actions adéquates genre fermer les frontières ont été faites super tard au point où le Capitaine Jack Legault a été dans l’obligation de dire à Justine comment faire son travail!

Roi du covid-19

D’ailleurs, il y a une pétition en ligne pour mettre le Capitaine Jack Legault au poste de la vaginale Justine! Je vous invite à la signer ICI!

En gros, je vais simplement laisser François Lambert vous décrire le travail de Justine durant cette crise.

View this post on Instagram

Sounds On. – Trudeau le dieu!

A post shared by Steeven! (@voyageur.qc) on

Derniers mots sur l’après COVID-19 pour les voyageurs!

En gros ça va suivre une suite logique. En premier lieu les voyageurs vont travailler afin d’avoir de l’argent. Comme ça risque d’être un peu plus difficile car l’économie va être à son plus bas vous allez devoir vous contenter de voyages pas trop loin de chez vous. Après un petit peu de temps vous allez avoir des économies, les frontières vont ouvrir et vous allez, avec votre merveilleux backpack, partir à l’aventure en choisissant parmis plusieurs offres le pays qui vous aura fait rêver durant toute cette crise. Et après quelques semaines sur la route, cette période du COVID-19 ne sera plus qu’un mauvais et lointain souvenir! 🙂

BYYYYYEEEEEE! 🙂

Aucun commentaire sur À quoi ressemblera l’après COVID-19 pour les voyageurs?

Visite de Guadalajara & Fin du voyage au Mexique.

Cet article va être relativement court. En fait, c’est pour mettre à jour le Blog et ce qui s’en vient pour la suite considérant la situation du Coronavirus. Avant de…

Cet article va être relativement court. En fait, c’est pour mettre à jour le Blog et ce qui s’en vient pour la suite considérant la situation du Coronavirus.

Avant de commencer, voici des p’tites photos cutes pour vous passer le doigt. *Splash, Splash*

View this post on Instagram

Bonjour.

A post shared by Steeven! (@voyageur.qc) on

Visite abrégée de Guadalajara!

J’avais espoir au laxisme du Mexique afin de pouvoir continuer à voyager tranquillement sans devoir me soucier du Coronavirus. Sauf que malgré que le Premier Ministre se caliss du virus, les villes commencent à prendre des dispositions.

Dans cette optique, hier j’arrive à Guadalajara et je me rends compte que c’est un putain de Ghost Town. La ville a fermé mes musées adorés et les trucs touristiques. Et ça semble se répandre un peu partout. Ceci étant, j’ai pris quand même une journée aujourd’hui pour visiter le Centre Historique de la ville.

Visite Guadalajara

Pour les filles, voici des pénis en fontaine.

Guadalajara

Donc c’est ça, ma visite de deux jours à Guadalajara aura été une soirée à me saouler avec un japonais et une matinée à visiter le centre historique totalement vide. Youppi! 🙂

Fin du voyage au Mexique.

Comme la situation semble vouloir déraper ici, je rentre demain à Mexico City. Comme ça, si il y a un problème, je serai proche de l’aéroport!

Sinon, le plan de match est toujours de revenir à Whistler le 7 Mai pour y passer l’été et ensuite partir visiter l’Europe de l’Est l’an prochain!

La discrimination de la langue dans les services des voyageurs à l’étranger!

Je me suis inscrit au service consulaire du Mexique pour me tenir informé au cas où. J’ai mis une mauvaise destination, donc je reçois un message et je dis que c’est la mauvaise destination. En gros, c’était un message envoyé à tout le monde et bilingue. Sauf que quand je réponds en FRANÇAIS, vous avez un criss de fonctionnaire fucking trop lâche pour traduire dans un service qui se doit d’être dans les deux langues qui me répond avec un criss de tabarnak de message en anglais. Je réponds que je veux être répondu en français et j’ai reçu aucune réponse depuis les 24 dernières heures.  Dire que les francophones canadiens paient des taxes pour un service qui se caliss des francophones. Criss de département de suceux de transsexuels.

Je vais donner à ce mangeur de vagins poilus encore 24 heures. Si j’ai aucune réponse ou bien une réponse en anglais de nouveau je vais me plaindre au Commissariat des langues officielles.

Futur du blog.

Avec le Virus, voyager va être un peu plus difficile. D’ailleurs, mon trafic a droppé comme ça se peut pas. C’est vraiment slow et scandaleux comme situation.

Donc là il me reste quelques articles pratiques plates à écrire sur le Mexique. Mais c’est pas des articles chouettes comme mes formidables aventures.

Je vais donc faire ces articles et ensuite pour étirer la période sans voyage je vais faire des « Récit de voyageur » avec des anecdotes avec ben des détails et des « Bouffe de voyageur » où je vais cuisiner des recettes genre du spaghetti au jus de tomate comme ca coûte pas cher et que tout le monde qui voyage pauvre adore ça. Tout ça dans le but de maintenir le blog afin de le garder en vie et d’être au plus fort lorsque que cette crise sera terminée!

Byyyyyyyyyeeeeee! 🙂

Aucun commentaire sur Visite de Guadalajara & Fin du voyage au Mexique.

Pourquoi il ne faut pas suivre les influenceurs voyage!

Ça fait longtemps que je trouve que les influenceurs voyage sont des personnes qui vendent leurs âmes aux compagnies et qui ont une moralité discutable. J’avais toujours pensé en faire…

Ça fait longtemps que je trouve que les influenceurs voyage sont des personnes qui vendent leurs âmes aux compagnies et qui ont une moralité discutable. J’avais toujours pensé en faire un article afin de vous suggérer de jamais les écouter mais j’avais jamais vraiment eu l’opportunité de vivre l’exemple ultime de l’hypocrisie d’un influenceur voyage! Heureusement, le roi de la controverse des influenceurs au Québec me permet aujourd’hui de vous mettre en lumière pourquoi il ne faut jamais croire un influenceur voyage! Mais avant, on va s’introduire au monde des influenceurs voyage et des partenariats.

Qu’est-ce qu’un influenceur voyage?

Un influenceur voyage c’est quelqu’un que vous suivez en raison de l’aspect voyage de ce qu’il vous présente via un ou des médias quelconques.

Les partenariats des entreprises avec ces influenceurs!

En gros, c’est des entreprises qui paient ou offrent des shits gratuites aux influenceurs pour qu’eux vous parlent de leurs produits(Destinations, activités ou produits relatif au voyage).

Pourquoi les compagnies font des partenariats avec les influenceurs?

Parce que les influenceurs ont déjà un lien de confiance avec vous et ils sont présents dans votre quotidien.

Le problème avec l’acquisition d’un client pour une compagnie, c’est justement le coût d’acquisition. Ensuite, le principe de le fidéliser pour qu’il devienne un client régulier. Ça demande de l’argent et du temps.

Avec un influenceur prêt à vendre son âme pour de l’argent, les compagnies évitent tout ce long processus car l’influenceur a déjà fait tout le travail de créer un lien de confiance avec vous, consommateur naïf.

Accepter des partenariats en tant qu’influenceur: Est-ce mal?

À la base je dirais que non – Car on doit tous pouvoir être capable de se payer un délicieux Trio Big Mac chez McDonald.

Là où ça devient problématique, c’est quand que tu vois que les influenceurs vendent leurs âmes pour de l’argent et qu’ils prennent pour acquis leurs auditoires, c’est-à-dire vous!

Quand je deviens un influenceur hypocrite!

Depuis quelques temps, on commence à comprendre que les influenceurs deviennent des personnes avec une moralité discutable. Et les gens commencent à s’en indigner! On peut prendre l’exemple de Alanis.

Alanis c’est une ancienne candidate d’Occupation Double. En gros, elle a fait son branding autour du respect de son corps car elle a été exclue en première d’un show télé superficiel, mais délicieux, parce qu’elle avait pas la shape type en comparaison des autres candidates.

Comment est-ce qu’on reconnait un influenceur voyage hypocrite?

C’est pas mal facile! Vous pouvez le dénoter avec les signes suivants:

  • Si vous voyez 98978788767 #ad dans presque chacune de ses publications.
  • Si vous voyez dans les reviews de sa visite ou du produit que des commentaires positifs! – Parce qu’on va se le dire, oui parfois c’est de la marde! Mais le signe de dollars de la compagnie aide à oublier les défauts! 🙂
  • Si l’influenceur est un ancien candidat d’Occupation Double (Sauf le beau Adamo ♡.♡)
  • Si vous voyez plein de liens affiliés.
  • S’il recommande tout et n’importe quoi.
  • Si sur les photos de voyage vous voyez que des poses aucunement naturelles.
  • Si quand il présente un produit ou une destination on dirait un speech de vente.

L’influenceur P-O Beaudoin me bloque sur Instagram quand je questionne ses valeurs profondes.

Ça, c’est l’exemple de ce qui m’est arrivé hier et que je parle dans l’introduction du texte. Vous allez clairement pouvoir admirer l’hypocrisie des propos et à quel point l’influenceur à la solde du chèque d’une compagnie prend son auditoire pour des têtes de balloney.

Mais qui est P-O Beaudoin?

C’est un pseudo-influenceur avec un peu plus de 50 000 abonnés sur Instagram. La majorité de sa popularité vient des autres car il a un gros cercle de connaissances dans le milieu des influenceuses en général. En gros, c’est le gars qui traîne sur les photos avec les filles en Bikini!

Il a aussi eu son moment de gloire quand il a décidé de littéralement humilier un chauffeur de taxi immigrant car il refusait d’accepter ses cartes cadeaux en signe de paiement. C’est pas comme si il savait pas qu’à la base dans la société canadienne tu paies avec de l’argent quand tu prends le taxi. Bref, voici le chef-d’œuvre!

Je sais, je sais! C’est exceptionnel de voir quelqu’un dans le tord utiliser sa plateforme pour intimider un chauffeur de taxi. Mais le plus exceptionnel dans tout ça, et c’est clairement le gros problème avec les inflenceurs: C’est le principe de victimisation! – Je fais un acte à moralité discutable MAIS MAIS MAIS je suis la victime!

Parce que faut le savoir, P-O Beaudoin s’est fait ramasser par le Québec après ça.

Maintenant, P-O Beaudoin fait des conférences sur l’intimidation sur les réseaux sociaux. Car oui, il a été une victime dans cette histoire! 🙁

Le problème, c’est comme le Québec connait l’histoire, monsieur Beaudoin se doit de faire ses conférences à l’extérieur de la province où les gens savent pas que lui-même intimide les chauffeurs de taxi devant 50 000 personnes.

L’influenceur P-O Beaudoin et la fausse sincérité.

Donc hier, alors que je buvais avec mes collègues mexicains, je vois cette publication de monsieur Beaudoin passer sur mon feed.

View this post on Instagram

Je me permet de vous faire un résumé de ma situation concernant mon voyage aux États-Unis présentement. Premièrement, suite à certains messages reçus dans les dernières heures, je suis entièrement conscient que de partager des photos de voyage en ce moment n’est pas la chose idéale à faire. Le voyage de presse dans lequel je fais parti en ce moment est planifié depuis déjà plusieurs semaines et nous avons quitté avant que les mesures soient prises par le gouvernement dans les derniers jours. Sinon, il est certain que je ne serais jamais parti. Ceci étant dit, je suis sensible à ce qui se passe et je continue de suivre l’évolution du COVID-19 au Québec et partout ailleurs attentivement. Mon retour est prévu dans 3 jours et je me placerai en quarantaine pour 2 semaines comme l’a demandé le gouvernement. J’aimerais aussi féliciter notre premier ministre, François Legault, qui fait un travail exemplaire depuis le début de cette crise. C’est à l’image d’un vrai leader. 👏🏻 Bravo Pour terminer, je ne vous recommande pas de voyager présentement mais j’espère tout de même qu’avec mes aventures et photos ici, je vous aurai donné envie de p-e venir découvrir ces endroits magnifiques dans le futur lorsque cette crise sera enfin derrière nous. Portez vous bien et soyons solidaire. 💪🏼❤️✌🏼

A post shared by 𝐏.𝐎 𝐁𝐄𝐀𝐔𝐃𝐎𝐈𝐍 (@pobeaudoin) on

Je réponds donc à sa publication pour lui dire que s’il est sérieux dans ses propos sur le fait que partager ses photos n’est pas approprié dans le contexte actuel du Coronavirus, qu’il devrait publier ses photos plus tard quand la situation sera stabilisée et que son employeur devrait pas s’obstiner trop trop sur cette décision. Pour terminer mon commentaire, j’ai fini avec un genre de « Dans le cas contraire, un gros LOL à l’hypocrisie de tes propos! »

Il m’a bloqué parce que j’avais raison et que monsieur doit protéger son image – Même si c’est pour protéger l’hypocrisie. 🙂

UPDATE LE LENDEMAIN

J’attendais avec impatience cette journée pour voir si monsieur Beaudoin allait poster des photos de voyage et aller à l’encontre de sa moralité du tonnerre. Voici ce que j’ai découvert le lendemain – Avec une énorme joie. 😀

View this post on Instagram

Je suis présentement dans l’avion pour rentrer à Montréal. En regardant les photos de notre dernière randonnée d’il y a 2 jours, je me suis dit que ça vous ferait du bien de vous partager cette belle découverte que nous avons fait sous un rocher. Une petite boîte cachée remplie d’objets avec un carnet sur lequel il était écrit: LEAVE À MESSAGE, TAKE SOMETHING AND LEAVE SOMETHING. • C’est une boîte qui datait de 2010. On a lu certains messages: Prédictions au Oscars, demande en mariage, des jokes, des messages en japonais, des hommages à des parents… Il y avait de tout. C’était vraiment beau à voir. • SWIPE À GAUCHE pour voir le message que j’ai écrit. Toi, qu’est-ce que tu aurais écrit en cette période plus difficile?

A post shared by 𝐏.𝐎 𝐁𝐄𝐀𝐔𝐃𝐎𝐈𝐍 (@pobeaudoin) on

En plus le mot à la fin, sûrement pas pour t’inciter à faire « Fuck le virus, je pars à l’aventure! » — Quel mâle! 🙂

Comment se protéger des mauvais influenceurs?

Il faut simplement prendre un pas de recule et ne pas prendre pour du cash tout ce qu’ils vous vendent. Si vous voulez acheter ou visiter un truc, faites des recherches indépendantes et éclairées avant de prendre une décision! Car dès qu’il y a de l’argent sur le table, vous allez jamais pouvoir faire confiance à l’opinion de quelqu’un.

Si vous sentez qu’un influenceur voyage devient une pute à la solde des chèques des compagnies, je vous invite à cesser de le suivre et à partager publiquement pourquoi vous cessez de le suivre. Car plusieurs jeunes personnes assez naïves suivent ces démons, et parfois il faut les protéger en pointant du doigt ceux qui agissent avec une moralité discutable!

BYYYYEEEEEEE! 🙂

Aucun commentaire sur Pourquoi il ne faut pas suivre les influenceurs voyage!

Quand les touristes favorisent l’exploitation des enfants!

Hier j’étais à La Plaza principale de San Cristobal au Mexique, et j’obervais cette petite fille aux cheveux sales qui vendait des bracelets. Elle devait avoir 3 ou 4 ans…

Hier j’étais à La Plaza principale de San Cristobal au Mexique, et j’obervais cette petite fille aux cheveux sales qui vendait des bracelets. Elle devait avoir 3 ou 4 ans dans le meilleur des cas.

Au début, je me disais que sa mère était une criss de conne de laisser son enfant sans surveillance vendre des bracelets alors que la petite fille faisait juste les tourner en rond car clairement elle savait pas ce que sa mère attendait réellement d’elle. Sauf qu’après 5 minutes sa mère s’est pointée. Il s’avérait que la petite fille qui tournait les bracelets avait aussi un frère de genre 2 ans qui était avec sa maman à jouer/détruire un truc qui tourne quand tu souffles dessus.

J’ai pris un petit 45 minutes à observer la dymanique de la famille, car celle-ci s’est posée à 2 mètres de moi. Durant mon observation, la mère tentait de distraire ses enfants. Elle tentait de les nourrir. Elle tentait de leur donner de l’affection avec des câlins accompagnés d’un sourire de tristesse. Bref, elle tentait, elle tentait… – C’est là que je me suis rendu compte que c’était pas la mère qui tentait seulement d’offrir de quoi à manger à ses enfants qui était conne de faire vendre des trucs à sa fille. Mais que c’était les touristes qui ont créé le principe que l’enfant, c’est un bien de consommation – Et que ça rapporte.

Le touriste qui utilise l’enfant comme une valeur ajoutée à l’expérience de consommation.

Quand on achète ou qu’on vit l’expérience d’un service, il y a tout un processus. En gros, ça s’appelle l’expérience de consommation.

Le gros problème que je dénote de mes expériences personnelles, c’est que les touristes perçoivent l’enfant comme un élément clé de l’expérience de consommation.

  • Mais il est donc ben cute, je vais lui acheter quelque chose!
  • Mais regarde comme il est mignon dans son petit outfit à danser à 10 heure du soir sur la rue touristique. On doit lui donner un dollar!

Bref, vous voyez un peu le principe. Un enfant, pour un touriste, c’est un peu comme une belle fille les tetons à l’air pour un gars qui a pas fourré depuis 1 an. C’est tentant de lui donner de l’attention. Et en faisant ça, on encourage un système d’exploitation de l’enfant sans le savoir! Parce qu’il faut savoir que si il retourne à la maison avec de l’argent. Sa mère, vivant dans un pays où la précarité financière est présente, va comprendre que sa marche et va renvoyer le lendemain son enfant dans la fausse au lion touristique.

Les rois de l’imbécilité dans l’exploitation des enfants!

Je dois vraiment faire 2 mentions à des têtes de bite qui étaient vraiment les pires des épais devant un exercice d’enfants qui se faisaient abuser par le système du touriste épais qui contribue à l’exploitation des enfants!

  • À toi, grosse conne mère de famille, qui filmait et encourageait monétairement un enfant qui dansait à 11 heure le soir en trouvant ça tellement choupinet et respectable. Tout ça alors que tes propres enfants du même âge était avec toi. 10/10 pour que la DPJ aille chez vous!
  • À vous, chers babyboomers qui s’amusent en Asie avec des filles mineures qui vont sucer votre pénis mou sans vous juger parce que vous avez ben du cash love! – Reviens au pays et donne ton argent à Viagra. ♡===D

Bref, l’aspect commerce sexuel sera un sujet ultérieur sur le blog. Mais pour le moment, chaque fois que je pense à des touristes qui encouragent ce système, j’ai toujours ces exemples en tête. Spécialement cette connasse de mère!

Que faire pour éviter ce système d’exploitation de l’enfant?

Ne rien leur donner. Simplement. Personnellement je donne de la nourriture, comme ça ils mangent mais la mère aura rien pour l’encourager à y retourner le lendemain! Il pourra simplement se soucier de ce qu’un enfant doit se soucier… À savoir quelle couleur il devra colorier son arc-en-ciel demain matin! ♡.♡

Aucun commentaire sur Quand les touristes favorisent l’exploitation des enfants!

Quand le touriste blanc doit résoudre tous les problèmes du monde!

Ce soir je terminais ma marche à Campeche, au Mexique, et deux personnes sont venues me voir pour vendre quelque chose au nom d’une organisation. J’étais tranquillement assis où la…

Ce soir je terminais ma marche à Campeche, au Mexique, et deux personnes sont venues me voir pour vendre quelque chose au nom d’une organisation.

J’étais tranquillement assis où la Plaza en triant mes photos et c’est là que les deux têtes de balloney m’ont abordé. – Comme je déteste me faire déranger je les ai regardées avec un air de – Yo, criss moi patience! 

Le gars semblait pas comprendre et il commence à me demander si je parle Anglais. Je fais un signe de la tête avec mon air toujours de – Décaliss le hippie. – Et ensuite ça va plus ou moins comme ceci:


Lui: On vend des (Je le coupe.)

Moi: Ça m’intéresse pas.

Lui: C’est pour une organisation pour aider (Je le coupe.)

Moi: Regarde, je suis pas intéressé. Je veux juste gosser sur ma tablette et qu’on me laisse en paix.

Lui: Mais tu veux pas acheter c’est pour (Je le coupe)

Moi: Non. Ça m’intéresse pas.

Lui: Oh, c’est peut-être que tu aimes pas les Mexicains.

Moi: C’est pas… Ah, fais juste dégager.

Et il est finalement parti avec la fille.


Cette situation est pas nécessairement tannante à l’habitude. On se fait toujours aborder par des vendeurs et c’est Okay. Après un Non ils comprennent et continuent leur chemin. Mais ce gars-là semblait pas trop comprendre. Pourtant j’ai été clair, autant dans mon non-verbal que dans mon verbal.

Ce que j’ai pas aimé, c’est en gros trois trucs.

  1. Qu’il insiste suite à mon non.
  2. Qu’il arrive à la conclusion que j’aime pas les mexicains pour me faire sentir coupable.
  3. Que suite à mon non, il a évité tous les autres mexicains dans la place pour vendre ses trucs. J’étais clairement le blanc qui devait donner/payer.

Tout cela m’amène à me questionner sur la perception que ces personnes ont par rapport aux touristes blancs. J’ai vraiment eu l’impression que par sa pression, sa conclusion sur mon amour/haine de la population mexicaine et le fait qu’il visait seulement les touristes blancs pour faire son speech de marde – Que j’avais une obligation dans sa tête d’être Mère Thérésa à cause de mon statut de touriste Blanc.

Honnêtement, ça m’a un peu dérangé.

Même si je suis un touriste blanc, je peux pas régler tous les problèmes de la terre. Il faut choisir ses batailles.

Le titre dit pas mal tout. – Il faut savoir que je voyage toujours sur un budget comme la majorité des backpackers. Et quoi que je suis conscient de mon statut privilégié et que j’ai un sentiment d’empathie assez prononcé, je peux pas aider tout le monde. – C’est triste à dire, mais je dois choisir mes causes. Et oui, avec des limitations dans mes contributions. – Mon porte-monnaie est pas un puits sans fond.

Aider oui, mais de manière responsable.

Venir en aide à son prochain est quelque chose que tout le monde va qualifier d’important, il y a pas vraiment de débat à avoir sur le sujet. Cependant, il faut savoir aider de manière responsable. C’est pour ça que personnellement j’aime pas quand une tête de balloney vient me voir pour me demander de l’argent pour un organisme.

  • Qui me dit que tu es pas un faux représentant de la cause?
  • Ton organisation utilise combien de l’argent en aide de première ligne? Combien pour des « frais administratifs »?
  • Etc.

Personnellement, je donne jamais à des organisations car je trouve ça stupide. Je préfère donner directement à la personne dans le besoin car je sais quel est le don, s’il est utile et où il va. Bref, j’ai un vrai contrôle sur ma donation.

Au final, caliss moi patience si je te dis que je suis pas intéressé!

Cette tête de balloney m’a vraiment offusqué à cause de son stéréotype sur ma personne. Je sais pas, je me suis toujours senti en harmonie avec ma capacité de donner Vs ma contribution à des actions bienfaitrices.

Les gens devraient clairement comprendre que je suis pas la solution à tous les problèmes de l’univers à cause de ma présence dans un pays plus pauvre. – Cependant, je prends acte de mon statut pour contribuer selon mes capacités, et surtout en fonction de ce que je trouve important à contribuer. Je crois au tourisme responsable, mais aussi à trouver une balance dans tout ça. – Et cette tête de balloney devrait le comprendre! 🙂

Aucun commentaire sur Quand le touriste blanc doit résoudre tous les problèmes du monde!

Le français canadien – Un « Lower Class of French »?

Aujourd’hui j’étais tranquillement sur le bord d’une cenote après m’avoir baigné dedans et il y avait 2 français qui sautaient du haut de la petite falaise où j’étais. Un moment…

Aujourd’hui j’étais tranquillement sur le bord d’une cenote après m’avoir baigné dedans et il y avait 2 français qui sautaient du haut de la petite falaise où j’étais. Un moment donné vous avez un groupe de touristes qui arrive et un décide de prendre une vidéo des français. Après 2 ou 3 sauts ils commencent à avoir une discussion et ça vient sur le sujet du français canadien, car le gars était Canadien. Après un moment, vous avez la tête de balloney qui utilise le terme « Lower class of french » pour décrire notre français à nous, canadiens français. Suite à ça, le gars part avec sa femme.

J’étais en tabarnak!

Je vais pas rentrer dans un argumentaire expliquant pourquoi notre français est pas de seconde classe, car c’est une simple question de développement et d’adaptation en fonction de variables diverses. Alors tous les français se valent. Ce que je veux par contre pointer c’est combien stupide et insultant c’est qu’un Canadien trop paresseux pour apprendre notre langue, officielle d’ailleurs, se permette de juger la qualité de notre français en comparaison des autres pays francophones. – Ça m’a profondément choqué.

Comme vous savez, j’aime particulièrement ma langue française et je la défends dès que j’en ai l’occasion. Comme ici d’ailleurs! – Ceci étant, suite à cet événement j’ai décidé d’aller envoyer chier le gars. J’avais comme objectif de lui dire « Fuck You » et de partir.

Par conséquent, j’ai suivi le gars et sa femme jusqu’à leur bus. Une fois derrière le gars j’ai vu qu’il parlait à un mexicain pour acheter de quoi. Donc j’ai patiemment fait le tour du bus subtilement pour me mettre à côté de lui et attendre. Ça devait avoir l’air bizarre, mais je m’en crissais. 🙂

Une fois terminée sa transaction, je lui demande pourquoi il a dit ça. Le gars était tellement imbécile qu’il me disait que c’est les français de France qui disent ça et tralala. – Le problème c’est que le gars a pas dit que c’était les français qui disaient ça dans sa discussion, il l’a dit comme une affirmation de sa propre perception. – J’ai été obligé d’expliquer la nuance du développement de la langue, le principe du politiquement correct, le principe des sacres et tralala. – J’ai bien sûr aussi mentionné que c’était très impolis les termes qu’il avait employés.

Bref, ce que je me rends compte c’est que le gars était stupide. Quand je lui disais par exemple le politiquement correct, il semblait pas assez brillant pour comprendre le parallèle anglais du US Vs le British. – Faudrait vraiment que dans les cours de langue française dans les écoles anglaises on prenne la peine de parler un peu plus du développement de la langue française au Canada. – Aussi, ça m’amène à me questionner sur l’opinion des Canadiens Anglais sur nous, les Canadiens Français. Pour eux, est-ce qu’on est juste une sous-race qui sait même pas parler une langue comme du monde? Le gars était peut-être juste aussi un retardé mental, je sais pas. Reste que la situation était fâchante qu’un épais qui connait rien à notre langue se permette ouvertement de la dénigrer. – J’ose espérer qu’il a compris mes explications et mon emphase sur les mots utilisés. Et pas besoin de vous dire que je lui ai tout expliqué en anglais pour qu’il comprenne. Car monsieur était trop balloney pour être bilingue. 🙂

Aucun commentaire sur Le français canadien – Un « Lower Class of French »?

Tapez dans le champ ci-dessous et appuyez sur Entrée / Retourner à la recherche