Généralement j’essaie toujours de faire mes articles dans un mélange d’expériences personnelles et de conseils pratiques, mais aujourd’hui je vais faire ça introspectif en vous parlant de mon dernier volontariat en Malaisie durant mon voyage en Asie. C’était ce qu’on peut appeler une expérience à chier, le genre qui va mal du début à la fin, et même après… Vous allez comprendre en lisant un peu plus loin.

C’était quoi ton volontariat?

Si vous suivez le blog religieusement vous savez que je devais voyager avec Daryane, mais qu’on s’est séparé après 4 jours. Ceci étant, comme elle est une grande amatrice des chats je nous avais trouvé un petit volontariat dans un refuge pour chats. D’un côté, t’as Daryane qui est heureuse avec ses chats, et d’un autre t’as moi qui se branle à l’idée d’économiser de l’argent.

Comme vous savez, le volontariat c’est à la base un échange de service contre de la bouffe et un logis, en gros. L’entente via la page de notre hôte c’était que la bouffe était payeé pour la nourriture de base du genre nouille etc. Aussi, on avait la chambre gratuite. De notre côté, on devait donner 5 heures par jour 5 jours semaines et on avait 2 jours de congé. Les tâches devaient être variables dépendant de ce qu’on aime et ce qu’on est à l’aise de faire. Ça, c’était le deal du volontariat durant notre voyage en Malaisie avec le refuge… Du moins, théoriquement.

Qu’est-ce qui clochait dans le volontariat?

La réponse est simple: Les autres volontaires. – En premier lieu, faut savoir que Daryane est pas venue car on a pris différents chemins. Aussi, je suis arrivé 1 semaine en avance car j’ai coupé sur le Cameron Highlands. 

Donc voilà, quand j’arrive moi mon objectif c’était juste la gratuité venant avec le principe du volontariat en voyage. Moi, les chats, je m’en caliss! Le problème, c’était que tous les autres volontaires faisaient ça pour l’amour des chats.

Une autre variable qu’il faut comprendre avant que je développe, c’est que celui qui nous recevait était pauvre. Genre il a arrêté de travailler pour vivre de sa passion pour les chats!

Prenant en considération ces 2 points, j’apprends durant ma visite guidée quand j’arrive que les 2 volontaires du moment et les autres avant ont décidé de partager le coût de la bouffe! —WTFFFFFFFFFF! – Oui, c’était ma réaction dans ma tête.

L’autre problème a clairement été le fait d’être poussé à payer. Genre un moment donné, une volontaire me dit si il y a pu de bouffe pour chat tu sais quoi faire? – J’le dis au boss –  Ben elle me disait que tu pouvais en acheter car elle elle avait fait ça. Aussi, les boîtes pour les donations misent partout où les volontaires se promènent. Ah ouais, le problème de la volontaire qui se prend pour la cheffetaine et qui te dit d’acheter tel ou tel truc.

Le dernier problème a été les horaires. Les anciens volontaires, comme il y a pas assez de job pour 5 heures par jour, ben ils ont décidé de travailler 3 à 5 heures par jour, 7 jours semaine. Un quart le matin et un le soir. – Le problème, moi j’aime mes 2 jours de congé.

Bref, vous voyez que rien était respecté de l’entente initiale!

Comment réagir dans cette situation scandaleuse?

Personnellement, je trouvais ça royalement stupide! J’ai donc adapté mon volontariat en conséquence.

  • Je travaillais genre 1 h 30 le matin ou 2 h si je me sentais généreux – Tsé, tu me donnes pas de bouffe. Je te donnerai moins de mon précieux temps! Aussi, pas besoin de vous dire que son quart de travail du soir y pouvait se le crisser dans l’cul!
  • Je mangeais toujours au resto, et si je mangeais dans la cuisine, je prenais ce qui trainait dans la cuisine.
  • Comme on essayait de me faire sentir cheap car je payais jamais de bouffe, j’ai acheté 10 paquets de nouilles rapides à 1 dollar pour les 10. — Dégueulasse à souhait, mais bro, tu voulais que je contribue, alors voici mon dollar de contribution! 🙂
  • J’ai aucunement socialisé! C’était des connards qui aimaient les chats. J’étais le dude qui travaillait pas et qui voulait d’la bouffe gratuite.
  • Je suis parti en douce après 1 semaine pour marcher 210 KM le long de l’Est de la Malaisie. J’ai donc quitté mon volontariat 2 semaines à l’avance. C’était un Lundi matin 5 h AM.
  • Avant de partir, j’ai écrit un commentaire de son profil au miens mentionnant à quel point j’étais le volontaire de l’année. – Après, la grosse conne mâle alpha du couple lesbienne anglais s’est plainte et mon WorkAway a été bloqué pour 3 semaines. Mais il est re-vivu maintenant! 😀

Que retirer de cette expérience en tant que volontaire?

En fait, ici je dois dire que j’ai pas aidé ma cause. Dès que ça pas été comme l’entente le disait, j’ai agis avec un grand Jemenfoutisme, mais pour moi une entente est une entente! Je crois donc que la leçon qu’il faut tirer de ce volontariat durant mon voyage en Malaisie, c’est de confirmer dans les échanges de courriels les modalités du volontariat. Il faut savoir que même  si vous faites ça, il est possible que la théorie des écrits du profil versus la réalité sur place soit différente. Si ça arrive, je vous conseille juste de faire le minimum jusqu’à ce qu’on vous montre la porte. Une fois renvoyé, préparez une vengeance du genre partir avant votre dernier quart à la réception sans le dire à personne ou bien écrire sur la porte d’entrée que l’hôtel est fermé. Ca va soulager votre conscience! Dans le cas présent, j’ai pas acheté les oeufs et j’ai laissé ma chambre dégueulasse.

Aussi, faut pas s’en faire avec la peur des commentaires négatifs. La majorité des volontariats j’ai jamais de commentaire car s’ils en mettent un, je vais y répondre en mentionnant que le problème est l’hôte. Ils le savent, alors vous aurez jamais de commentaires négatifs, pas de stress! 🙂

Dernière chose, si vous êtes sur un budget et que vous arrivez dans un volontariat de merde, trouvez-vous un Plan B en suspend au cas où on vous met dehors ou simplement trouvez un autre volontariat dès la premiere journée. Si la situation s’améliore, vous aurez qu’à annuler.

Bonne chance dans vos volontariats à tous!

Et vous, vous avez déjà eu un volontariat de voyage de merde? Racontez ça dans les commentaires! 🙂