Aujourd’hui je suis allé visiter une cascade dans le coin de Luang Prabang! Selon ce que les gens en disent, c’est la plus belle à voir au Laos!

J’y ai été le matin à 9 h. Car le gars de mon hotel m’avait dit que plus tard, c’était le moment où il y avait pleins de touristes.

De 9 h à 11 h, c’était chouette! J’ai vu un gars de je sais pas trop où, random on est monté en haut de la chute d’eau parce qu’il m’avait lâché un « Let’s Go Up » – J’ai pas répondu et en moins de deux je passais un chemin fermé pour aller au top.

Au top, je suis descendu et lui a continué le sentier avec sa blonde! J’ai été effoirer mes fesses sur un banc pour voir la cascade! J’étais seul et tranquille.

Ce jour-là, j’avais décidé de pas apporter ma tablette pour prendre des photos. Majoritairement car je voulais me baigner et profiter du moment.

J’ai été sur ce banc 1 heure. La première moitié, seulement moi et la cascade. La deuxième moitié, une quarantaine de touristes qui passaient en 3 minutes devant moi. 1 minute pour ajuster leur appareil photo et 2 minutes pour prendre la pose devant l’appareil. Ensuite ils partaient.

Ils venaient de vivre un moment devant une merveille, mais pour seulement en revenir avec une photo qui va perdurer que sur Google Image ou dans le Cloud.

Les photos, c’est fait pour offrir la chance à ceux ne pouvant y être d’avoir un bref aperçu. Et aussi pour se rappeler un souvenir, mais quel souvenir avons-nous si on ne prend pas la peine d’admirer avec ses yeux, au dépend d’un écran ou d’une lentille?

J’ai quitté le banc un moment donné. J’avais l’impression d’avoir vécu suffisamment cette cascade!

En revenant, j’ai pris un chemin différent pour avoir un nouvel angle et voir la rivière. J’ai dû sauter par-dessus un trou dans le petit pont en bois car quelqu’un prenait une photo depuis 5 minutes.

Un moment donné, je me suis arrêté pour jeter un dernier coup d’oeil avant de tourner le dos une dernière fois à cette cascade. J’étais « Dans les jambes » – Entre le spot de photo à ma droite et celui de gauche où les gens faisaient du va et vient pour prendre la pose et repartir. Ben il y avait un humain, qui lui admirait mais se sentait de trop.

C’est ça, maintenant, voyager!